Mise en avant

NEONAV archéologie expérimentale

Participation aux Néolympiades-Tour de Corse en pirogue (été 2023)

Un projet MSHB/asso Koruc/ERC Maritime Encounters Vincent Bernard (dir.).

“Navigations préhistoriques”

Le programme d’expérimentation est prévu sur plusieurs années (2022-2026)

Une aventure scientifique

Encadrée par des archéologues, cette enquête scientifique lancée pour 5 ans a l’ambition de répondre à des questions relatives à la navigation préhistorique :
– avec quels types de bateaux ?
– pour quelles navigations : fluviale, cabotage, hauturière ?
– pour transporter quoi ?

Renouer les liens avec notre environnement

L’aventure commence dans la nature :
– dans les carrières pour fabriquer les haches polies
– dans les bois pour fabriquer des outils en bois de cerf
– en forêt pour abattre des arbres.

Partager nos connaissances

Venez découvrir ces expérimentations à l’occasion de conférences, colloques, fêtes maritimes, chantiers participatifs, journées spécifiques pour les scolaires. La construction de certains bateaux associera toutes les personnes motivées ayant l’envie de nous rejoindre.

Pour en savoir plus, c’est par ici : https://www.koruc.org/le-projet/

Mise en avant

Prix Étienne Taillemite 2023 – Société Française d’Histoire Maritime

Un grand bravo à notre collègue Pauline PETER 🥳 lauréate du Prix Étienne Taillemite qui reçoit une mention pour sa thèse intitulée : Archéologie et histoire des canaux de navigation en France métropolitaine (IIe s. av. J.-C. – XVIe s. apr. J.-C.)

Résumé : À l’instar des cours d’eau et des routes, les canaux de navigation assurent le transport des biens et des personnes et contribuent au développement et à la structuration des réseaux d’échanges. L’enquête proposée ici vise à établir un premier bilan des connaissances sur les canaux de navigation romains et médiévaux à l’échelle de la France métropolitaine, pour une période couvrant dix-huit siècles, du IIe s. av. J.-C. au XVIe s. apr. J.-C. Cette étude, assortie d’une première typologie, met ainsi en exergue le lien étroit qui unit le canal, objet navigué, et le bateau, objet naviguant, avant la diffusion de l’écluse à sas. En outre, elle amène à s’interroger sur les multiples fonctions que revêtent ces voies d’eau artificielles, lesquelles ont longtemps souffert d’un manque d’intérêt de la part de la communauté scientifique. En effet, ces ouvrages jouent un rôle essentiel dans la transformation et dans la gestion des milieux souvent humides qu’ils traversent (plaine alluviale, estuaire, lagune, delta, marais, etc.), tout en participant à la production de ressources vivrières et artisanales. La confrontation de données issues de champs disciplinaires variés permet ainsi de mieux comprendre ces rivières façonnées par l’homme, tant d’un point de vue morphologique que fonctionnel, et aussi d’aborder des questions relatives à leur mise en chantier, leur entretien ou encore leur abandon.

Thèse réalisée sous la direction de Martial MONTEIL et Jimmy MOUCHARD, soutenue à Nantes Université le 9 décembre 2021.

Mise en avant

Après le naufrage… ? Récupération, réemploi et recyclage des épaves

Call for paper

Le musée national de la Marine et le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines s’associent pour organiser un colloque international consacré aux récupérations et aux éventuels recyclages / réemplois de vestiges matériels opérés sur des épaves de bateaux maritimes ou fluviaux, après leur naufrage, leur désarmement définitif ou leur abandon. Sont exclus de la thématique les prélèvements des corps de noyés pris dans les épaves ou échoués à la côte. Cette thématique sera traitée de manière diachronique, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, et sans limite géographique.

1er colloque international co-organisé par le musée national de la Marine (MnM) et le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (Drassm).

Le colloque se tiendra du mardi 2 au jeudi 4 avril 2024 au sein du musée national de la Marine (Paris, France) récemment rénové.

Argumentaire

Le MnM et le Drassm s’associent pour organiser un colloque international consacré aux récupérations et aux éventuels recyclages\réemplois de vestiges matériels opérés sur des épaves de bateaux maritimes ou fluviaux, après leur naufrage, leur désarmement définitif ou leur abandon. Sont exclus de la thématique les prélèvements des corps de noyés pris dans les épaves ou échoués à la côte. Cette thématique sera traitée de manière diachronique, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, et sans limite géographique.

Les dernières découvertes archéologiques continuent d’étendre le répertoire des pratiques en matière d’appropriation par les hommes, sous des formes multiples, des vestiges d’épaves (structure architecturale, gréement, accastillage, artillerie, cargaison, etc.). Les sources historiques sont également riches en témoignages sur la gestion contrôlée ou non par l’État des bris après la perte d’un navire. L’ethnologie confirme aussi l’importance des épaves pour les sociétés littorales tant sur le plan matériel qu’immatériel.

Ce colloque sera l’occasion de s’interroger sur les questions de la récupération, du recyclage et du réemploi dont les épaves font l’objet. Le thème permettra d’aborder d’autres sujets comme l’économie secondaire générée par cette activité. Quels éléments matériels sont récupérés, quels moyens sont mis en oeuvre et dans quels buts ? Les organisateurs souhaitent dépasser les considérations chronologiques ou géographiques pour tenter de comprendre si ces pratiques suivent des tendances générales ou des logiques comparables sur la longue durée. Au-delà de ces questionnements scientifiques, ce colloque se propose aussi de mettre en évidence la dimension patrimoniale de cette pratique de récupération.

Les trois journées du colloque seront l’occasion de présenter des communications et des posters. Étant donnée l’ampleur de la thématique et afin de faire émerger une vision d’ensemble du sujet, le comité scientifique privilégiera les communications de synthèse (thématiques ou géographiques). Les études de cas pourront faire l’objet de posters.

Le colloque s’articulera en sessions thématiques. Les axes suivants pourraient être ainsi abordés :

  • Réemploi de fragments d’épaves dans la construction de bateaux, la réalisation d’aménagements portuaires ou d’édifices terrestres
  • Récupérations opérées par les populations littorales, suite à des naufrages, sur les épaves et leurs cargaisons
  • Aspects techniques, humains et juridiques des récupérations consécutives à un naufrage

L’inscription au colloque sera gratuite pour les intervenants. Les langues officielles sont le français et l’anglais. Les communications et débat feront l’objet d’une traduction simultanée, d’une captation vidéo et d’une retransmission.

Modalités de contribution

Les propositions de communications orales ou de posters seront adressées par courriel à l’adresse wreckage.symposium@musee-marine.fr

avant le 20 octobre 2023.

Elles devront comprendre le titre de la présentation, le nom et les coordonnées du ou des auteurs, un résumé en français ou en anglais (400 mots maximum) et cinq mots clés. Merci d’indiquer clairement le choix entre une communication ou un poster.

Les communications et les posters acceptés feront l’objet d’une publication scientifique en Open Access.

Comité d’organisation

  • Laurence Castany (Musée national de la Marine)
  • Louise Contant (Musée national de la Marine)
  • Marine Jaouen (Ministère de la Culture, Drassm, UMR 9016 TEMOS)
  • Christine Lima-Brissaud (Ministère de la Culture, Drassm)
  • Eric Rieth (CNRS, Académie de marine, Musée national dela Marine)
  • Cécile Sauvage (Ministère de la Culture, Drassm, UMR 6566 CReAAH)
  • Anne-Cécile Schreiner (Musée national de la Marine)

Comité scientifique

  • Giulia Boetto (CNRS, UMR 7299 Centre Camille Jullian)
  • Alain Cabantous (Université de Paris I Panthéon Sorbonne)
  • Franca Cibecchini (Ministère de la Culture, Drassm, UMR 7299 Centre Camille Jullian)
  • Louise Contant (Musée national de la Marine)
  • Gaëlle Dieulefet (Nantes Université, UMR 6566 CReAAH)
  • Frédéric Gerber (Inrap, UMR 7302 CESCM)
  • Marine Jaouen (Ministère de la Culture, Drassm, UMR 9016 TEMOS)
  • Dimitris Koukourmelis (Greek Ministry of Culture, Ephorate of Underwater Antiquities)
  • Catherine Lavier (Ministère de la Culture, C2RMF, UMR 8068 TEMPS)
  • Anne Lehoërff (Université de Cergy-Pontoise, CNRA)
  • Robert Parthesius (New York University Abu Dhabi)
  • Eric Rieth (CNRS, UMR 8589 LaMOP, Académie de marine, Musée national de la Marine)
  • Cécile Sauvage (Ministère de la Culture, Drassm, UMR 6566 CReAAH)
  • Chiara Zazzaro (Italie, Università di Napoli L’Orientale)

https://calenda.org/1089254

Mise en avant

Séance du Séminaire d’Archéologie Portuaire : Détection des ports maritimes et fluvio-maritimes anciens de Bretagne

par Jimmy MOUCHARD (Nantes Université), Julie REMY (CNRS) et Olivia HULOT (Drassm).

Ce séminaire vise à présenter les aspects méthodologiques et les premiers résultats d’une recherche initiée en 2019 quant à la détection de ports anciens en Bretagne selon une démarche diachronique. Ce travail collectif, mené de manière interinstitutionnelle, présente un double enjeu : d’un côté, il s’agit de satisfaire les nécessités et besoins des politiques de prescription dans le cadre de l’archéologie préventive ; de l’autre côté de mieux orienter la recherche programmée en archéologie portuaire au moyen d’une méthodologie et de protocoles adaptés.

Le jeudi 6 avril 2023, 15h30-17h en visioconférence

https://univ-nantes-fr.zoom.us/j/86134378705 (ID réunion: 861 3437 8705)

Mise en avant

TERdesILES

Trajectoire d’Exploitation des Ressources D’EStran en milieux InsuLairES

Projet de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne et des laboratoires CReAAH & TEMOS :

Lancé en 2023 ce nouveau projet TERdesILES vise à étudier l’exploitation des ressources d’estran en milieu insulaire sur un temps long, celui de la Préhistoire à nos jours. Le caractère ambitieux de notre projet du point de vue de son incubation interdisciplinaire (archéologie, histoire, économie, ethnologie, biologie) et de son temps long nous amène à tester notre consortium scientifique sur une aire géographique restreinte. À cet effet, notre choix se porte sur les îles du Morbihan (Bretagne-sud) avec une focale archéologique particulière sur celle d’Hoedic.

En effet, l’archéologie pourra documenter, via les zones de dépotoirs, l’exploitation des ressources marines par les chasseurs-cueilleurs dès la Préhistoire, il y a 8 000 ans. Des jalons archéologiques sont connus à au Néolithique et à l’âge du Fer. Les sources écrites permettent aux historiens d’étudier finement les aménagements et les activités littorales du sud de la Bretagne à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle. Le fond iconographique de l’association Melvan documente pour sa part le rapport à la mer des populations de l’archipel d’Houat-Hoedic dès la première moitié du XXe siècle. Des entretiens seront réalisés avec les natifs de l’île. Ils permettront de décrire l’exploitation des ressources d’estran à l’échelle d’une vie humaine mais aussi de les confronter sur le temps long aux ressources trouvées sur les sites archéologiques et citées dans les textes. Ce projet, à la fois collaboratif et participatif, vise à mettre en valeur le patrimoine matériel et immatériel des activités liées aux ressources d’estran. Une restitution est prévue au public par le biais d’une bande son.

Mots-clés : Sociétés insulaires, préhistoire, histoire, ressources marines, sciences de la mer, estran, intertidal.

Mise en avant

De nouvelles épaves de la bataille de la Hougue (1692)

49.576806° -1.288865°

Façade Manche Mer du Nord Période Moderne

Du 15 au 30 août 2022, le Drassm (responsable d’opération Cécile Sauvage – Drassm / UMR CReAAH) a mené une campagne d’expertises dans la baie de Saint-Vaast-la-Hougue (Manche). Cette mission a été programmée suite au signalement par le pêcheur Julien Lereverend d’une nouvelle épave dans les roches au sud de l’île Tatihou. La mission a été l’occasion d’expertiser ce nouveau site, qui correspondrait aux vestiges du vaisseau le Terrible, mais aussi trois autres épaves dans l’anse du Cul de Loup.

Toutes correspondraient à des vaisseaux de deuxième ou troisième rang de la flotte de Louis XIV, volontairement échoués par ordre de l’autorité royale suite à la bataille de Barfleur-La Hougue (1692). Incendiées les 2 et 3 juin par les brûlots anglais, et aujourd’hui recouvertes, pour certaines d’entre elles, de plus d’un mètre de sédiment, ces épaves sont bien conservées.

Douze vaisseaux de la flotte française furent perdus à la Hougue et seuls les cinq vaisseaux de premier rang ont fait l’objet d’un vaste programme de fouille entre 1990 et 1995 (direction Michel L’Hour et Elisabeth Veyrat). La programmation d’études plus poussées sur ces nouvelles épaves apporterait des informations précieuses sur marine de guerre de la seconde moitié du XVIIe siècle, période charnière pour la construction navale.

Responsable : Cécile Sauvage – Drassm / UMR CReAAH

Coupe effectuée au niveau de la quille du Terrible. Photographie Teddy Seguin / Drassm
Mise en avant

SAO Séminaire Archéologique de l’Ouest Quand la mer fouille…Ossements à la mer! 

Co-organisation : Mairie de l’île d’Yeu, SRA des Pays de la Loire et Université de Nantes.

Mercredi 16 novembre à partir de 9h sur le campus Tertre (bâtiment Censive) de Nantes Université.

La thématique de cette année est celle de la découverte de restes humains en contexte littoral Manche & Atlantique. Il sera question d’érosion côtière, de méthodes d’analyses, de collaborations interservices et d’avancées de la recherche sur ces morts anonymes. Ce séminaire est ouvert au public et participe au cycle de séminaires du Master Archéologie, Sciences pour l’Archéologie (ASA).

Au programme :

Mise en avant

SAO Séminaire Archéologique de l’Ouest « La Mer » Actualité des recherches archéologiques littorales et marines d’Europe et au-delà…

Vendredi 18/11/2022 dès 9h30 sur le Campus Beaulieu, Univ. Rennes 1, Salle OSUR Bât 14B.

Programme : 

 – « L’épave de la Pointe de Primel (Plougasnou, Finistère) ou les vestiges d’une cargaison de lingots de cuivre des XIes- XIIes ». par Olivia HULOT, Henri GANDOIS, Cécile LE CARILER DE VESLUD.

– « Des plages comme cimetières : Quelques exemples antillais et mahorais à l’époque historique ». par Patrice COURTAUD.

– « From charred seaweed to isotope ratios: Detecting and interpreting seaweed use in archaeology ». par Magdalena BLANZ, Ingrid MAINLAND, Marie BALASSE.

–  « Evaluation d’un nouveau site d’estran du Néolithique final à Réthoville (50) ». par Cyrille BILLARD, Henri GANDOIS, François GILIGNY.

– « Le projet SeaLex : une approche inter- et transdisciplinaire des trajectoires passées des socio-écosystèmes atlantiques ». par Pierre STEPHAN & Equipe SEALEX

 – « C’était presque tombé à l’eau : dernières recherches à la Planche à Puare ». par Jean-Noël GUYODO, Bettina SCHULZ-PAULSSON et collaborateurs.

 – « Les Prés Biards : une occupation littorale sur une longue durée (Erquy, Côtes d’Armor) ». par Mélanie LEVAN, Catherine DUPONT, Vérane BRISOTTO.

 – « Le site du Cailar, au confluent du Vistre et du Rhône à l’âge du Fer ». [titre provisoire] par  Réjane ROURE

Le séminaire est ouvert au public dans la limite des places disponibles et sur inscription sur https://framadate.org/ktrCU93zSeMO795K

Le programme complet ici https://drive.google.com/file/d/1XN_Q1G1aBztlGvG9UeLv6V1VfNzxhX3f/view?usp=sharing

Mise en avant

Noirmoutier-en-l’Ile (Vendée) Ile du Pilier – Prospection thématique

47.041685° 2.358682°

Façade Atlantique Néolithique – Moyen-Âge

Ile du Pilier (cl. Catherine Moreau)

L’île du Pilier est un ilot rocheux localisé à 4 km au nord-ouest de Noirmoutier-en-l’Ile (Vendée). L’objectif principal de la recherche est de réaliser une prospection géophysique sur l’ensemble de l’ile. Les premières recherches ont montré la présence d’amas coquillier et de mobilier lithique (percuteur et débitage). Les prospections effectuées entre 2009 et 2018 ont documenté la présence d’une industrie de silex attribuée entre le 5e et le 3e millénaire av. n. è. Avec un niveau marin 5 m plus bas environ, l’insularité de ce bout de terre n’est pas établie. Le devenir de cette île reste méconnu jusqu’à l’époque médiévale. Les textes relatent qu’en 1172, les cisterciens de l’abbaye Saint-Bernard de Buzay y fondent un ermitage. Les difficultés de vie affaiblirent l’idéal monastique, pour fonder en 1205 l’abbaye Notre Dame de la Blanche à Noirmoutier-en-l’Ile. L’équipe s’est pendant une semaine isolée pour réaliser les relevés topographiques, prospection géophysique, vues drone, analyse des amas coquilliers et inventaires des sites.

Responsable(s): Catherine Moreau (Drac-Sra UMR 6566 CReAAH) et Jean-Marc Large (Gvep UMR 6566 CReAAH).

Partenaire(s)/Structure(s) : Opération archéologique réalisée en collaboration avec la SCIP, le Gvep, le Conservatoire du Littoral, la direction des Phares et Balises, l’Université de La Rochelle (LIttoral ENvironnement Et Sociétés (LIENSs), l’Université de Rennes (CReAAH), Nantes Université, et le Service Patrimoine et archéologie du département de la Vendée.

Financement : Drac Sra Pays de la Loire

Prospection géophysique (cl. Catherine Moreau)
Mise en avant

2022-Sortie des équipes 1 & 2 de l’UMR 6566

 “Fortifier le littoral de la Préhistoire à nos jours”

Photo de groupe à l’occasion de la sortie de l’équipe Mer & Littoral en compagnie des agents du conservatoire du littoral le 6/05/2022 (photo : Thibaut Peres, Imaging 4D scaled).

 Vendredi 6 Mai 2022 – 9h45-18h à Saint-Pierre-Quiberon (Morbihan)

PROGRAMME 

• MATINÉE 

Actualité des équipes 1 & 2 et Archéologie des fortifications littorales 

10h15-10h45, Catherine Dupont, Gaëlle Dieulefet : Mot d’accueil des responsables de l’équipe 1 

10h45-11h15, Jean-Noël Guyodo, Hervé Duval : Mot d’accueil des responsables de l’équipe 2 

11h15-11h45, Hervé Duval : De l’Atlantique à la Manche : le littoral et les îles au rythme des fortifications 

• APRÈS-MIDI 

14h00-14h45, Jean-Noël Guyodo : Visite de l’habitat ceinturé à talus architecturé de Groh-Collé 

15h15-16h00, Hervé Duval : Visite de l’éperon barré gaulois 

Thibaut Peres (Imaging 4D) : Démonstration de relevé LiDAR par drone 

16h15-16h45, Adjoint Jean-Christophe Dumont : Visite des parties extérieures et du tablier du Fort 

17h15-18h00, Madelaine Juberay et Adjoint Jean-Christophe Dumont : Visite des installations allemandes (Batterie, bunkers et ouvrages bétonnés) 

Mise en avant

IVe Congrès international du GIS d’Histoire & Sciences de la mer intitulé « Espaces maritimes, temporalités & changements globaux »

Organisé par l’Université Côte d’Azur (Centre de la Méditerranée moderne & contemporaine). Nice, 18-19-20 mai 2022.

 

Notion née dans les années 70 (Lovelock & Margulies : 1974 ; Lovelock : 1999), le changement global renvoie à l’étude des interactions à court, moyen et long termes entre le climat, la biosphère, l’océan, les terres émergées et bien sûr les activités humaines (Goudie, 2017). Cadre conceptuel systémique, le changement global invite à considérer la Terre comme un tout et il permet l’étude à toutes les échelles, autorise l’étude des sous-systèmes et ne considère pas les activités humaines comme un forçage extérieur au système mais comme un agent à part entière. Dans le cadre de son IVe congrès, le GiS Histoire et sciences de la mer propose de mettre à l’étude le concept de changement global appliqué aux différentes échelles des espaces maritimes ainsi qu’aux interactions à court, moyen et long termes autour de cinq thèmes structurants :

Au programme :

– Les temporalités des flux & des échanges maritimes

– Gouvernance, adaptations, acceptabilités

– Ports, crises & épidémies

– Variabilité, dynamiques de temporalités & ressources

– Activités maritimes & transferts d’espèces 

Comité scientifique (par ordre alphabétique des établissements) :

Dr.Daniel Faget (Aix-Marseille université) – Dr.Caroline Le Mao (Université de Bordeaux) – Dr.Sylvain Laubé, Dr.Pascal Le Floc’h, Pr.Yves-Marie Paulet (Université de Bretagne occidentale) – Dr.Christophe Cérino, Pr.Sylviane Llinares, Pr.Mathias Tranchant (Université de Bretagne-sud) – Pr.Luca Lo Basso (université de Gênes) – Pr.Bruno Marnot, Dr.Laurence Trannoy (université de La Rochelle) – Dr.Jean de Préneuf (université de Lille) – Dr.Mohamed Maanan, Dr.Frantz Mynard (Université de Nantes) – Pr.Silvia Marzagalli (université Côte d’Azur) – Pr.Thierry Sauzeau (Université de Poitiers) – Dr.Catherine Dupont, Pr.Marie-Yvane Daire (Université de Rennes 1) – Dr.Patrick Boureille, Dr.Magali Lachevre (Service historique de la Défense)

Comité d’organisation :

Dr.Catherine Dupont (Université de Rennes I) – Pr.Sylviane Llinares (Université de Bretagne-sud) – Pr.Silvia Marzagalli (université Côte d’Azur) – Dr.Christophe Cérino (Université de Bretagne-sud) – Pr.Luca Lo Basso (université de Gênes) – Pr.Yves-Marie Paulet (Université de Bretagne occidentale) – Pr.Thierry Sauzeau (Université de Poitiers) – Pr.Mathias Tranchant (Université de Bretagne-sud).

Le programme complet ici : 

mer.org/modules/kameleon/upload/Programme_du_IVe_Congr%C3%A8s_GIS_HSM.pdf

Mise en avant

Séminaire Archéologique de l’Ouest (SAO)

Séminaire « En regardant la mer »
Actualité des recherches archéologiques littorales et marines
d’Europe et au-delà

01 décembre 2021

Coordination : Catherine Dupont & Edwige Motte

9h30- 17h00
Campus Beaulieu, Université de Rennes 1,
Salle 06 Bâtiment 32A, 263 av. du Général Leclerc
Pass sanitaire et inscription obligatoire

PROGRAMME :

« La villa gallo-romaine des Chapelles à Port-des-Barques (Charente-Maritime) : acquis et perspectives de recherche sur une économie entre terre et mer » Brice Ephrem, Philippe Duprat, Marielle Bernier, Guillaume Bruniaux, Pierre Caussade, Anaïs Cheuton, Catherine Dupont, Vivien Mathé, Juliette Renault, Sylvain Renou.

« L’archéologie des conflits récents en Pays de la Loire : état de la question et perspectives » Antoine Le Boulaire.

« Télédétection LiDAR et hyperspectral appliquée à la prospection archéologique en contextes émergés et immergés » Guyot Antoine.

« Prospections diachroniques sur l’archipel de Chausey : premier bilan et perspectives » Henri Gandois.

« Le littoral n’est ni proche ni lointain, ni riche ni pauvre : il est ce que l’on décide qu’il soit. Une analyse à partir du site de Franchthi (Grèce). » Catherine Perlès.

« Le Projet Archéologique de l’Archipel de Saint-Pierre et Miquelon : lignes de force et bilan d’étape 2018-2021 » Grégor Marchand, Réginald Auger, Najat Bihry, Mikaël Guiavarc’h, Maureen Le Doaré, Pierre Stéphan.

« Les cisterciens sur le littoral nord de la Bretagne » Fadila Hamelin.

« Touché, coulé… Dolmen de la pointe des Chats à l’Île de Groix (Morbihan)” Philippe Gouézin, Chloë Martin, Catherine Robert, Léa Trifault.

Mise en avant

2021 – Sortie annuelle de l’équipe 1

Noirmoutier – 18 juin 2021

carrière de pierre découverte par Corinne Pereirra, côte ouest de Noirmoutier (crédit: Gaëlle Dieulefet).
Membres de l’équipe sur le terrain en observation (crédit: Gaëlle Dieulefet).

Après de longs mois de confinement forcés, l’équipe s’est enfin retrouver pour sa sortie annuelle. Cette année Noirmoutier été à l’honneur! Après une matinée riche en échanges et en présentations des activités de l’équipe et de la recherche archéologique à Noirmoutier, direction les pêcheries du Tambourin sur la plage des Souzeaux (côte est) et des carrières sur estran (côte ouest). Après de longs mois de confinement forcés, l’équipe s’est enfin retrouver pour sa sortie annuelle. Cette année Noirmoutier été à l’honneur! Après une matinée riche en échanges et en présentations des activités de l’équipe et de la recherche archéologique à Noirmoutier, direction les pêcheries du Tambourin sur la plage des Souzeaux (côte est) et des carrières sur estran (côte ouest).

Direction la plage des Souzeaux sur la côte Est de l’île (crédit : Gaëlle Dieulefet).

Au programme de la journée : Actualité de l’équipe par Catherine Dupont et Jimmy Mouchard, état de la recherche à par Jean-Marc Large et Gaëlle Dieulefet, visite des pêcheries sur la plage des Souzeaux (et d’un mégalithe au passage 🙂) par Jean-Marc Large et d’une carrière par Corinne Pereirra et Yves Gruet.

Photo de groupe à l’occasion de la sortie de l’équipe Mer & Littoral le 18 juin 2021 (crédit : Michel Potier, Amis de Noirmoutier).

SAO Séminaire Archéologique de l’Ouest – “C’est pas la mer à boire”

24/11/2023, campus Beaulieu, Université de Rennes, 9h30-17h00

Organisation : Gaëlle Dieulefet (Nantes Université, UMR 6566 CReAAH) & Catherine Dupont (CNRS, UMR 6566 CReAAH).

Ce séminaire est dédié à l’actualité de la recherche archéologique des territoires de l’eau et participe aux activités de l’équipe 1 Archéologie des espaces littoraux, maritimes et fluviaux du CReAAH. À cette occasion, un bilan sera fait en introduction avant la réunion d’équipe du printemps.

Ouvert à toutes et tous, celui-ci s’adresse aux étudiants en archéologie, aux professionnels et aux collaborateurs bénévoles. Il y sera question d’application dédiée à l’archéologie, de changements paléographiques en Bretagne, de paysage et d’occupations du littoral en Normandie, de pratiques alimentaires, de parure de coquillage et d’amas coquillés, de grands mammifères marins, d’ethnologie en Asie et Océanie ou encore de communautés maritimes en mer d’Arabie…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search