Mise en avant

Sortie annuelle de l’équipe

Noirmoutier – 18 juin 2021

carrière de pierre découverte par Corinne Pereirra, côte ouest de Noirmoutier (cl. Gaëlle Dieulefet).
Des membres de l’équipe 1 sur le terrain en observation (cl. Gaëlle Dieulefet).
Direction la plage des Souzeaux sur la côte est de l’île (cl. Gaëlle Dieulefet).

Après de longs mois de confinement forcés, l’équipe s’est enfin retrouver pour sa sortie annuelle. Cette année Noirmoutier été à l’honneur! Après une matinée riche en échanges et en présentations des activités de l’équipe et de la recherche archéologique à Noirmoutier, direction les pêcheries du Tambourin sur la plage des Souzeaux (côte est) et des carrières sur estran (côte ouest). Après de longs mois de confinement forcés, l’équipe s’est enfin retrouver pour sa sortie annuelle. Cette année Noirmoutier été à l’honneur! Après une matinée riche en échanges et en présentations des activités de l’équipe et de la recherche archéologique à Noirmoutier, direction les pêcheries du Tambourin sur la plage des Souzeaux (côte est) et des carrières sur estran (côte ouest).

Au programme de la journée : Présentation de l’actualité de l’équipe par Catherine Dupont et Jimmy Mouchard, État de la recherche archéologique à Noirmoutier par Jean-Marc Large et Gaëlle Dieulefet, visite du site des pêcheries sur la plage des Souzeaux (et d’un mégalithe au passage 🙂) par Jean-Marc Large et visite d’une carrière sur estran par Corinne Pereirra et Yves Gruet.

 

Forages sédimentaires en Baie de Bourgneuf

47.03802, -2.12985

Façade Atlantique Diachronique

La saison 2021 du PCRP Baie de Bourgneuf s’ouvre avec les forages sédimentaires en Baie de Bourgneuf réalisés avec nos collègues du LETG sous la supervision de Pierre Pouzet.

Deux secteurs ont été sélectionnés, le port du Collet et le port du Bec, pour retrouver l’ancien niveau marin et l’entrée nord du fameux bras de mer ancien qui formait l’île de Bouin. Prochaine étape les analyses sédimentaire, palynologique et malacologique.

Merci à nos stagiaire Lou, Pierre et Raphaël étudiants de l’Université de Nantes pour leur dynamisme! mission réussie!

Prélèvement sédimentaire en cours sur la commune des Moutiers-en-Retz (crédit : Pierre Pouzet, LETG UMR 6554).
Échantillonnages minutieux pour analyses sédimentaire, malacologique et palynologique (crédit : Pierre Pouzet, LETG UMR 6554).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Responsables & coordination : Gaëlle Dieulefet (Université de Nantes, UMR 6566 CReAAH) et Pierre Pouzet (Université de Nantes, LETG UMR 6554).

Partenaires scientifiques, techniques et administratifs : Ministère de la culture et de la communication – Service régional de l’archéologie des Pays de la Loire (SRA), Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM); Mairies des Moutiers-en-Retz et de Beauvoir-sur-Mer.

Longeville – Plage du Rocher

46.404650, -1.51590

Façade Atlantique 1er Age du Fer

Dégagement du vieux sol près de l’enclos funéraire (Crédit photo : J.-M. Large).

La plage du Rocher, à Longeville-sur-Mer (Vendée) recèle de nombreux sites datant du Néolithique ancien au Premier Âge du Fer. Entre le Goulet, à l’ouest et les abords de la plage des Conches, plusieurs pointements archéologiques datés du Premier Âge du Fer ont été remarqués. Le plus important est un grand enclos funéraire, fouillé très partiellement en 1973, puis revu en 2010 alors qu’il est enfoui normalement sous une épaisse couche de sable et de galets. Disposé actuellement dans le domaine maritime, le site se situe en haut de plage, à la limite des zones cadastrées. Depuis sa découverte dans les années 1970, il a fait l’objet d’observations opportunistes et l’interrogation qui subsistait jusqu’à nos jours était de savoir s’il n’avait pas disparu en raison de l’érosion marine. L’intervention de fin février 2021 a eu pour but de nettoyer le secteur de la couverture de galets afin d’évaluer sa conservation. Si un certain nombre de petites structures funéraires de type incinérations en pleine terre a été remarqué, il a bien fallu constater que le talus qui limitait l’enclos, réalisé en terre, avait complètement disparu, érodé par les coups de boutoir de la mer. Les petites fosses à incinération repérées devaient se trouver à l’extérieur de l’enclos. L’attribution de ce secteur au Premier Âge du Fer est confirmée par une nouvelle datation ainsi que par les éléments céramiques recueillis.

Responsables : Jean-Marc Large (UMR 6566 CReAAH) & Catherine Moreau (UMR 6566 CReAAH, SRA Pays de la Loire).

Partenaire(s): DRASSM / DRAC Pays de la Loire / ONF / Mairie de Longeville

Opération archéologique Bouin – Pointe des Poloux

Sondage sur estran à la Pointe des Poloux ; au premier plan, un foyer néolithique. (Crédit photo : J.-M. Large).

Le site de la Pointe des Poloux se trouve sur la bordure est des roches de Bouin, à 1 km du trait de côte actuel. Il se découvre à marée basse et est positionné dans une zone basse qui était émergée au Néolithique, avec un niveau marin 5 m plus bas environ. Placé aux confins de la Baie de Bourgneuf, il est visible de loin, notamment de la côte du Pays de Retz et de Noirmoutier riche de nombreux mégalithes.

L’objectif principal de la recherche est de caractériser le site. La présence d’un nombreux mobilier lithique, céramique et osseux, réparti sur une surface dépassant l’hectare laisse envisager une occupation pérenne au Néolithique ancien/moyen (5000-4000 av. n.è.) et le nombre important d’objets lithiques en silex laisse présager une activité de taille sur galets récupérés sur l’estran de l’époque.

Extraction d’une carotte sédimentaire en vue d’études géographique et palynologique (Crédit photo : J.-M. Large).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Responsable : Jean-Marc Large (UMR 6566 CReAAH).

Partenaire(s) : DRASSM

Archéologie Mer & Littoral

L’archéologie de la mer et du littoral est un champ d’expertise de l’UMR 6566 CReAAH réunissant une équipe de chercheurs-ses œuvrant à terre et sous les eaux. Les travaux de cette équipe visent le développement de systèmes d’observation du littoral innovants (base de données participative, modélisation du littoral), la connaissance des modalités d’occupation et d’exploitation du littoral, de la constitution et de l’évolution des paysages côtiers et littoraux (jalons archéologiques pour la formation des dunes, marqueurs temporels pour le suivi d’évolutions d’estuaire et de leurs aménagements par ex.) et sous-marins (épaves, pêcheries). L’interdisciplinarité de cette équipe, clairement diachronique, lui permet d’assurer le suivi scientifique des sites archéologiques côtiers face aux contraintes environnementales actuelles. Les nombreux sondages et fouilles réalisés sont basés sur des protocoles adaptés aux multiples artefacts laissés par les populations du passé. Ils visent, par une lecture fine, à mieux décrire les phénomènes d’adaptations humaines face à des environnements littoraux en perpétuel mouvement.
Le littoral y est analysé en intégrant les zones côtières et intertidales, les îles et archipels, les estuaires. Deux axes de recherches majeurs animent actuellement cette équipe :
-L’appropriation, les usages et la gestion des ressources et des espaces littoraux et marins.
-L’observation des systèmes littoraux et côtiers à travers son évolution et les interfaces Terre/Mer.

Ce carnet de recherche est un complément au site internet du Centre de Recherche(s) en Archéologie, Archéosciences et Histoire. Il est dédié à la valorisation des travaux engagés en archéologie littorale, maritime et fluviale principalement dans le domaine atlantique (mais sans exclusive). Il est pensé comme un outil de communication, de valorisation et de médiation des travaux conduits par l’équipe Mer & Littoral de l’UMR 6566 CReAAH et de nos collègues nationaux et internationaux atour des questions relevant des champs de recherche de l’archéologie maritime et côtière.